EIRONEIA FORMATION - Accueil

INTERPRÈTE (DES RÊVES) DE LA SOCIÉTÉ ET DE L'ECONOMIE DU SAVOIR

Accueil Contacts L'offre Qui je suis MLégales
La Méthode: 1, 2, 3. L'Odyssée de Pinocchio

EDUCATION - Se maîtriser
Du brain-storming au brain-blocking

Dans une tempête du cerveau seul s'en sort qui garde un mental d'acier

FORMATION - Aquérir un savoir
Du problem-solving au problem-creating

"Savoir" n'est pas savoir résoudre des problèmes existants - dont nous n'avons que faire: "ce n'est pas mon problème!" - mais bien savoir en créer des toujours nouveaux, avec ces bizarres questions qui dépuis toujours dérangent les paresseux.

MANIPULATION - Maîtriser autrui
De la persuasion occulte au Théâtre de l'Argumentation

"Il serait absurde que l'Homme fût honteux de ne pouvoir combattre de ses membres, et qu'il ne le fût pas de manquer du secours de la parole." (Aristote, Rhétorique)

EMBODIMENT - S'approprier la marionnette que nous sommes, comme corps.

Système1/Pinocchio nous maîtrise à travers cet automate qu'est notre corps mécanisé, car il... l'est. Le maîtriser à notre tour et s'incarner enfin réellement ne font qu'une seule et même chose.

La 'gymnastique celeste' signifie les différentes façons dont chez EIRONEIA FORMATION on pratique sa présence effective à/dans son corps physique

.

CONTEMPLATION (=QUESTIONNEMENT) PHILOSOPHIQUE
Comprendre la marionnette que nous sommes,
comme esprits


Pourquoi Système1/Pinocchio est-il si stupide? Pourquoi il paraît un robot programmé pour se tromper??? Pour des raisons "évolutives"?. Evidemment NON: peut-être sa rapidité est fonctionnelle à notre survie... certes non pas le fait de se tromper! Quoi donc? - Sur cette question s'arrêtent les compétences des "sciences cognitives" et de la science en général. Pour comprendre vraiment, et donc vraiment maîtriser, S1 - le faux qui nous imprègne malgré nous - il n'y a que la philo.

Au fait, rien ne vaut se comprendre pour se maîtriser (EDUCATION); rien ne vaut comprendre pour apprendre (FORMATION); rien ne vaut se comprendre l'un l'autre pour se mettre d'accord (MANIPULATION).

Mais, toute réelle compréhension ne peut advenir que dans un état de parfaite paix de l'esprit (Patanjali: "apaisement des ondes du mental" - O.Houdé : "arrêt du cerveau"). Et inversement: notre mental/cerveau ne pourra jamais s'arrêter en dehors d'un acte de comprehension profonde - purement contemplative et libre de tout autre but qui ne soit la vérité - du réel qui lui fait face.

Nos cours de philosophie visent toujours cette double cible.



NOTRE METHODE. UN, DEUX, TROIS ! ...ET D'UNE CERVELLE NAQUIT UN ESPRIT.

LE FIL D'ARIANE - Depuis une vingtaine d'années une convergence définitive s'est faite entre la Sagesse du Monde et les sciences positives – notamment les (neuro-)sciences cognitives, la psychologie sociale et la psychologie du développement – quant aux TROIS BRINS qui tressent le Fil d'Ariane (= la Méthode) qui seul peut guider la personne désireuse de connaissance hors du labyrinthe (ou de la caverne) de l'ignorance, du dogme, du préjugé irréfléchi. EIRONEIA FORMATION œuvre au cœur de cette convergence, dans la certitude – pratique et théorique à la fois – que seule une visée philosophiquement avertie peut mener à bien un acte formateur efficace car intégrant entre elles les TROIS DIMENSIONS qui naturellement le structurent.

Toute acquisition d'une nouvelle connaissance suppose nécessairement un travail de decristallisation ou "mise en sommeil" des "connaissances" que nous possédions auparavant: pour prononcer mes premières phrases en anglais, je dois nécessairement "oublier", faire taire les schèmes instinctifs de ma langue maternelle (stockés dans mes neurones), pour les remplacer avec des nouveaux, décidément "bizarres", qui devront eux aussi devenir "naturels". - On considère en effet avoir acquis une nouvelle connaissance/compétence – sophia : sagesse ou maîtrise experte – telles que parler une langue étrangère ou jouer du piano – lorsqu’elle nous est devenue « naturelle », ou « automatique » : notre présence attentive n’étant plus nécessaire à sa mise en œuvre. Or, étant donnée notre nature, "animale et rationnelle", "corps et esprit" à la fois, ce processus s'articule nécessairement en TROIS MOMENTS. 1) LA CONDITION "PINOCCHIO" DE DÉPART: l’ensemble des connaissances/compétences/croyances irréfléchies et automatisées dans mon cerveau qui, dès notre naissance nous conduisent au jour le jour, tels des marionnettes, en nous permettant ainsi de vivre "selon les règles du jeu" au milieu (du troupeau) de nos semblables. 2) LA CONDITION "ULYSSE" D’ARRIVÉE, quand la nouvelle sophia visée est effectivement acquise: elle nous est alors naturelle - tout naturellement notre flêche s'enfonce dans le mille sans même avoir besoin de regarder la cible - tout en étant, en même temps, fondée dans une rationalité explicite (la méthode suivie pour l'atteindre). 3) LE PARCOURS SOCRATIQUE INTERMÉDIAIRE, tout au long duquel l’apprenti doit à la fois suspendre ses vieux automatismes, ô combien rigides et révolus, afin de les décristalliser, les dissoudre (les désapprendre, donc) ... et cristalliser les nouveaux, en les greffant sur une « matière mentale » rendue de la sorte souple et malléable comme la fameuse tablette de cire – tabula rasa – d’Aristote.

Le propre de notre époque est que cette subdivision, si naturelle, et que la Sagesse du Monde connaît depuis toujours, a été définitivement confirmée et théorisée par les sciences humaines, qui ont donné TROIS NOMS à ces trois moments, ou postures mentales : SYSTÈME 1, SYSTÈME 2, SYSTÈME 3.

EIRONEIA FORMATION est le SYSTÈME 3/SOCRATE qui chez ses élèves - individus, groupes, entreprises, associations, acteurs du public - aide le passage du SYSTÈME 1/PINOCCHIO-sans-cervelle (S1) au SYSTÈME 2/ULYSSE-à-l'intelligence-multiple (S2). Que faut-il faire pour profiter de nos services? La réponse est bien simple: TOUT HUMAIN EST À LA FOIS S1 (neurones, cerveau) ET S2 (mental, esprit) : un Pinocchio égaré dans la tempête, certes, mais aussi un Ulysse en voyage vers son Ithaque, chez Soi. Il ne s'agit que de décider de quelle histoire - écrite/racontée par qui - ce que nous appellons "moi-même" veut être le héros. Regardons cela un peux plus dans le détail.

L'ODYSSÉE DE PINOCCHIO

Daniel Kahneman, découvreur/mesureur de la façon mécanisée dont notre Système1/Pinocchio n'a cesse de se raconter des histoires pour ne pas les vivre réellement.

1. UN POINT DE DÉPART RÉEL - SYSTÈME 1/PINOCCHIO - est commun à tou(te)s ceux/celles qui se dirigent vers nous, car aussi commun à tous les humains que leur corps physique. Cette case de départ - notre universelle réalité d'appartenance en tant qu'animaux pensants - s'exprime parfaitement dans les mots de Daniel Kahneman, psychologue, et pourtant bien Prix Nobel pour l' Economie (Finance comportamentale) en 2002, du fait d'avoir définitivment capturé dans des lois statistiques inexhorables comme des algorithmes, les conduites fatalement consommatrices de notre mental mécanisé : le "SYSTÈME 1" (S1). En gros: il a mesuré au décimal près les fils qui font bouger comme une marionnette le mécanisme reflèxe que nous sommes tous, la plupart du temps. Or, le caractère fondamental de S1 est dans ce qui lui mérite justement (dans toutes les oeuvres, écrites et agies, que je lui ai consacrées) le nom de Pinocchio : "Il n'y a pas qu'à l'opéra que nous pensons la vie comme à une histoire" dit Kahneman. Essentiellement Pinocchio - marionnette mécanique produite en série - (se) raconte des histoires: il ne fait que cela. Lesquelles? Évidemment, les histoires que l'"on" "se" raconte dans la Caverne - dirait Platon - où l'"on" se plaint, "on" rouspète, "on" se justifie, "on" prétend que... - dans le seul but de ne jamais réellement a) étudier et b) se mettre en mouvement vers une solution réalisable. Le deuxième caractère de S1/Pinocchio en découle: ce qu'il appelle la "réalité" n'est qu'une idée dans sa tête sans cervelle, qui coïncide avec "nécessité": "c'est la réalité" signifie, pour S1, "rien ne pourra la changer" .

S1/Pinocchio - la marionnette, le robot - nous habite TOUS , depuis toujours, car sans lui (ses reflexes, ses réactions immédiates et pré-adaptées...) aucun animal pensant ne pourrait vivre ni survivre. Au fait, tous sont bien d'accord que S1 est même fait exprès (par l '"évolution") pour ne (se) raconter que des histoires fonctionnelles à la survie du troupeau. Il est, ditait-on, le "génie", l' "esprit-guide" du Troupeau! Les individus qui prétendent ne l'avoir jamais rencontré (car chaque fois qu'il se présente ils se racontent le mensonge qu'ils n'ont rien vu) se bornent donc à l' être et à lui obéir inconditionnellement, et n'ont pratiquement aucun accès au réel en déhors de ce que le Troupeau (ses bergers, ses chiens gardiens) valide comme réel. Ce sont de simples consommateurs, qui ne "vivent" que des scénarios pré-conçus par la persuasion publicitaire (qu'est-ce qu'il y a d' "occulte" dans tout cela?). Ce qui justement a valu le Nobel à Kahneman. S1 est donc l'ennemi N.1 de toute pensée et de toute action sur soi/vers autrui maîtrisée, créatrice, libératrice. Il est le CORPS que nous sommes tout d'abord. Ce pourquoi la dimension physique de notre être au monde est si centrale dans les préoccupations et les méthodes de EIRONEIA FORMATION.

Paulo Cohelo, chantre du héros que tout Pinocchio peut devenir quand il décide d'être vraiment l'Homère et l'Ulysse de sa Legende Personnelle.

2. UN POINT D'ARRIVÉE IDÉAL, mais tout à fait réalisable et - surtout - réellement pursuivible: être l'Homère et l'Ulysse à la fois, de son Odyssée: de sa LÉGENDE PERSONNELLE . S1 nous empêche une réelle pensée de la situation - ce qui chez Kahneman est la tâche du SYSTÈME 2 (S2). Et, ce car - nuque raide qui n'écoute rien et personne, à commencer par soi-même - il empêche une façon réfléchie, rationnelle, réaliste - et donc adhérente à ce que nous sommes vraiment come individus habités par des raisonnements, des émotions et des rêves - de se rapporter à sa vie et à ses défis. De faire donc des vrais projets et de savoir les poursuivre avec toute la Créativité, le Courage et la Prudence que cela demande... tels les Ulysses de notre propre Odyssée. Cette (tout) autre histoire qui est seulement la nôtre - notre "Légende Personnelle" - existe néanmoins. Et tout Pinocchio le sait pertinemment: "Chacun de nous, en sa prime jeunesse, sait quelle est sa Légende Personnelle" dit P.Cohelo. S2/Ulysse est donc notre Raison naturellement destinée à prendre le gouvernail de notre vie humaine pour mener à bien le Projet qui est le nôtre et seulement le nôtre.S2 est donc de par sa nature disponible, 1) à se mettre très attentivement à l'écoute d' Athéna, voix de la Sagesse; b) à se faire Prudence, Ingéniosité, Ruse, Souplesse... en un mot : Intelligence naturelle qu'aucune intelligence artificielle ne pourra jamais arriver à contrôler.

.

3. L' ARRÊT A L'ÉCOUTE DE SYSTEME3/SOCRATE. Notre raison raisonnante toutefois, montre Kahneman, est bien opérationnelle chez tout un chacun, mais elle est soumise aux caprices robotisés de S1, et dans ces conditions jamais elle ne pourra se faire entendre par ce que chez nous nous appelons "moi-même". Notre Raison/S2, dirait Kant, n'arrive pas, d'elle même, à être "pratique": exécutive, efficace. Elle se borne à fournir des "raisons d'après-coup" - dirait Nietzsche - aux colossales méprises ("biais cognitifs") de Pinocchio/S1. Il faut donc qu'une passation pouvoirs ait lieu. Comment faire? Évidemment, en ralentissant nos mouvements mentaux (mais en réalité seulement cérébraux) de marionnettes affairées. Kahneman dirait: "by thinking slow". Mais encore mieux, et préalablement, en les arrêtant carrément - si bien qu'Olivier Houdé radicalise: by "BLOCKING OUR BRAIN", ou "EN RÉSISTANT", pour se mettre enfin - avant toute démarche ultérieure - à l'écoute des conseils chuchotés de S2, notre Athéna intérieure, toujours dissuadant, aussi bien chez son protégé Ulysse que tout d'abord chez le fougueux et trop rapide Achille toute réaction purement impulsive (n'oublions pas que la Guerre de Troie a été gagnée tout d'abord car Achille, conseillé par Athéna, a bien su contrôler sa colère!). Et justement à ce même égard, Socrate parlera ensuite de la petite voix dissuasive de son "démon", tandis qu'Aristote prônera enfin l'activation, chez soi, de l'élément "akoustikon" de notre âme - nos oreilles internes - qui seul peut faire d'intermédiaire entre nous- mêmes et notre raison impuissante et comme muette, si le brouhaha de nos instincts toutpuissants n'est pas réduit au silence par l'intervention chez nous de ce noble personnage qui dans la neuro-pédagogie de Houdé prend le nom de "CAPTAIN INHIBITION". Or cet arrêt auto-inhibiteur visant une écoute effective des messages timides de notre raison n'est évidemment l'affaire ni de S1 (Pinocchio), ni de S2 (Athéna elle-même, qui patiente attend que nous l'écoutions) mais bien d'un élément tiers, ce CAPITAINE INHIBITION que Houdé appelle justement SYSTÈME 3, ayant même repéré sa présence efficace à l'intérieur de notre cerveau. L'image ci-dessus montre en effet que lorsque l'individu se confronte à un défi cognitif mettant mécaniquement sous échec le petit robot S1, et qu'il décide de le STOPPER, d'en BLOQUER les réactions reflexes pour enfin écouter et réellement penser une solution possible... et bien alors toute l'activité neuronale se déplace de l'arrière de notre cerveau vers le CORTEX PRÉ-FRONTAL, qui pour tous et pour chacun est bien le lieu de sa propre pré-sence car celle-ci se concentre justement dans cet endroit archi-connu par la Sagesse du Monde que le Yoga indien appelle Ajña chakra ou "troisième oeil". De l'extérieur, lorsque nous regardons une personne "droit dans les yeux", et effet, c'est bien ce point entre ses yeux que nous fixons, car lorsque nous nous sommes "présents" ("ME VOICI"), c'est bien que nous le sommes: (pré-)frontalement à autrui et à nous-mêmes. De l'intérieur en revanche, tout yogi expert connaît très bien ce petit tabernacle de son être physique, car lorsque "dhyana" (jap. "Zen"), notre flux stabilisé ("laser") de concentration méditative s'intensifie...et bien alors juste derrière/entre nos sourcils "ça" fourmille, "ça" remue très sensiblement. Et c'est bien là, finalement, que tout individu peut faire la rencontre directe avec sa propre "voix muette" (=lui-même), qui sans cesse parcourt, à l'intérieur de notre cerveau, celle que les neurosciences appellent la "voie phonologique"... ce réseau de neurones ou se trace la VOIE DE LA VOIX. Bref, si seulement nous acceptons l'humiliation (si détestée par Pinocchio) de nous exposer à un échec cognitif flagrant et reconnu (cette paralysie de toute explication connue que le bouddhisme Zen poursuit dans ses "KOAN" et que Socrate-Platon-Aristote appellent état d' A-PORIE, im-passe) ... alors S2 peut enfin, calmement - mais ô combien créativement - se mettre à la recherche d'une vraie "solution"... qui dé-passera, et d'un seul bond - en pure créativité - toute im-passe (grec: EU-PORIA: solution heureuse de l'A-PORIA): la méthode EIRONEIA FORMATION est PROBLEM CREATING!

Depuis il y a 21 ans de cela, le coeur de la méthode proposée par EIRONEIA FORMATION est bien celui-ci. Nous poursuivons tout d'abord une systématique mise en échec de nos automatismes cognitifs,puisant notamment au cœur pulsant de notre science occidentale, qui tire depuis toujours sa sève nourricière la plus précieuse de ces échecs : tout révolutionner à chaque fois...tout refaire pour créer du nouveau, toujours et encore. Cette pratique libère nos voies neuronales, les décristallise, et refait de notre cervelle épuisée, surpeuplée de préjugés et de dogmes irréfléchis, une "tablette de cire" toute fraîche et neuve : une malléable tabula rasa. Celle-ci pourra de la sorte accuellir d'autres écritures, d'autres paroles, d'autres schèmes d'action/mouvement (mental et physique à la fois) effectivement rationnels car raisonnés, ainsi qu' individués car appropriés par le seul protagoniste-auteur (Homère/Ulysse) de cette passionnante histoire: nous-mêmes.